BIOGRAPHIE

Les fins connaisseurs de musique pop se rappellent peut-être du groupe Blanc, porté par son chanteur-guitariste Stephan Crestani, qui sortait en 2006 l’album Le long des lignes, sur le label Capitol/EMI. Depuis, Stephan s’est autorisé quelques virages, a poussé la réflexion et les apprentissages, jusqu’à devenir formateur en Communication Nonviolente (CNV). «Oser la non-violence dans le monde d’aujourd’hui n’est pas toujours évident pour moi, ça me demande du courage et de l’inspiration au quotidien. Heureusement certains ont ouvert la voie, comme Ghandi, Luther King, Mandela et plusieurs autres…moi j’ai particulièrement été transformé par le travail de Marshall Rosenberg, le fondateur de la communication Nonviolente. La CNV est une approche qui favorise des relations à la fois vraies et bienveillantes, qui a déjà permis la résolution de conflits dans toutes les sphères de la société, dans les institutions, au sein de couples ou même de communautés en guerre depuis des années sur toute la planète »…

Et c’est précisément en creusant la pensée et les textes du fondateur américain de la mouvance, que Stephan a eu l’idée d’orchestrer cette fusion. Parvenu à une croisée des chemins, il touchait alors une espèce d’évidence : « je me suis rendu compte que les deux grosses pièces du puzzle de ma vie s’emboitaient, avec la musique et la transmission. En revanche, l’ambition a changé, la finalité de cette nouvelle expérience est de partager et vivre des valeurs». 

 

Désormais ouvert à l’approche de la CNV, Stephan veut chanter le thème de la relation en s’appuyant sur les textes de Rosenberg. L’idée est de partager en musique les clés qui ont transformé sa vie : « Tout a démarré par une petite boucle de musique, que j’ai jouée avec des participants lors d’un stage dans lequel j’étais participant. Nous avons chanté et vécu un vrai moment de communion. Dès lors, le robinet de l’inspiration est resté ouvert et j’ai mis en musique une douzaine de textes ». 

Accoucheur de cette belle idée, le musicien réconcilié avec sa passion veut s’entourer pour en faire un projet collectif. C’est en écoutant le générique de la fin du film « En quête de sens » qu’il est touché par la voix de Chloé Monin, du groupe Scotch&Sofa, et qu’il l’invite à venir rejoindre l’aventure.

 

Notre duo ne manque pas d’idées pour mettre en action la volonté de départ de rapprocher les gens : organisation d’ateliers dans les écoles, concerts-échanges en prison, flashmobs dans des lieux publics ou autres happenings humanistes, comme celui réalisé avec Nans Thomassey de Nus et Culottés, dans lequel nos compères font du stop pour offrir aux automobilistes une chanson. L’intention est toujours la même : créer du lien. 

 

Et comme la fantaisie est tout autant convoquée que l’ambition, Chloé et Stephan osent l’amalgame jusque dans le nom de baptême de l’aventure : ce sera Wonderfool !

 

Pop-folk aux hymnes hippie hip-hop, la musique de Wonderfool est un patchwork d’influences allant de Lennon à Daft Punk, de Björk à Dominique A, de Stevie Wonder à MGMT…

 

Un financement participatif réussi sur Hello Asso permet au groupe de financer l’enregistrement de son premier album,  réalisé par Jean Grillet, Stephan Crestani et Lionnel Buzac, avec le soutien de Mark Daumail de Coccon. Il est mixé par Lionnel Buzac. 

Sa sortie est prévue début 2020. Un premier EP sotira le 4 octobre 2019.

 

It’s a wonderfull world, chantait Louis Armstrong, qui exprimait lui aussi la vision optimiste d’une humanité rassemblée, à l’écoute. Comme un clin d’œil, Wonderfool prolonge le propos et ajoute ses couplets, en une forme de défi à l’actualité. 

Louis Doucet

  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
  • Pinterest - Black Circle
  • Twitter - Black Circle